Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Et si c'était Anicet Georges Dologuélé, le président de la nouvelle Assemblée Nationale ?

Kangbi-ndara.info / « Je demande aux Centrafricains, à tous ceux qui m'ont élu au second tour de l'élection présidentielle de reconnaître Faustin Archange Touadera comme le Président élu de la République Centrafricaine. Je m'engage à le soutenir et à soutenir ces actions pour le développement de notre pays », avait déclaré Anicet Georges Dologuélé arrivé en seconde position lors du second tour de l’élection présidentielle centrafricaine du 14 février 2016.

Une telle reconnaissance a le mérite de la clarté d'autant plus que Anicet Georges Dologuélé, qu'on le veuille ou pas est le moindre mal – celui qui n'a pas à gêner le règne Touadera étant entendu qu'il a reconnu sa défaite au second tour de l'élection présidentielle et qu'il s'est engagé la main sur le cœur à apporter tout son appui au nouveau président de l'exécutif centrafricain.

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu’il a autant de personnes pour ne pas dire de personnalités qui veulent bien occuper le poste stratégique de Président de l'Assemblée nationale – et donc la seconde personnalité de la République.

Entre Anicet Georges Dologuélé, qui a eu le mérite d'aller au second tour, d'accepter bien volontiers sa défaite et de s'engager à soutenir le nouvel élu Faustin Archange Touadera et certaines personnalités politiques dont la Présidence de la République reste et demeurera leur cheval de bataille quoi qu'elles disent et qui se mettent dans la peau de l'agneau prétextant soutenir le Président Touadera avant de rebondir le moment venu, qu'est-ce qu'il faut choisir ?

Entre Anicet Georges Dologuélé – le moindre mal et celles des personnalités qui bénéficient du soutien d'un pays que nous taisons volontiers le nom et qui a toujours roulé pour un candidat qui n'a pas réussi à être admis au second tour, qu'est-ce qu'il faut choisir ?

La question est désormais dans le camp de ces centrafricains – vaillants députés de la nation sur qui reposera le choix du nouveau président de l'assemblée nationale centrafricaine.

Au lendemain de sa défaite, Anicet Georges Dologuélé n'avait-il pas déclaré « être l'opposant positif, qui ne fera pas d'entrave au régime de Touadéra au nom de la paix ?». Question pertinente s'il en est et les députés de la nation sauront faire le choix utile en élisant Anicet Georges Dologuélé à la Présidence de la nouvelle Assemblée nationale centrafricaine car le moment est venu de mettre les hommes qu'il faut à des places qu'il faut pour le relèvement du pays. Le moment est venu de mettre à contribution des fils de la République comme Henry-Marie Dondra – l'actuel ministre des Finances qui a des entrées dans les institutions financières internationales afin de faire en sorte que l’État centrafricain puisse bénéficier des fenêtres d'opportunités pour la reconstruction de la République.

C'est un choix de raison en dehors de tout calcul politicien préjudiciable à la République Centrafricaine. Simple vœu plus que partagé et dont nos vaillants élus en sauront réserver une suite favorable car le peuple qui attend beaucoup des futurs dirigeants ne saura pas leur pardonner tout calcul politicien puéril pour l'intérêt général.

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0