Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

centraf-infos.overblog.com/ Le deuxième round de cette bataille politico-médiatico-sécuritaire dans ce qu’il convient de considérer comme l’affaire Mboli-Goumba contre le trio Didacien Kossimatchi, Ngerepayo et Rigobert Vondo se jouera devant les tribunaux centrafricains. Le Conseil de Me Crépin Mboli-Goumba en la personne de Me Innocent M’Poko a annoncé mardi 13 juin, lors d’un point de presse, les couleurs de cette bataille qu’il veut légale.

« Aujourd’hui, nous avons décidé de saisir la justice pour que ceux qui ont porté publiquement ces accusations contre Me Crépin Mboli-Goumba puissent répondre devant la justice », a déclaré la défense de l’accusé.

Ce point de presse de l’avocat de Me Mboli-Goumba intervient en réaction à un autre point de presse daté du 18 mai dernier et animé par Arsène Nguerepayo, Didadien Kossimatchi et Rigobert Vondo, président du parti PUP au cours duquel, ces inconditionnels du Chef de l’Etat Faustin Archange Touadera ont expressément et publiquement accusé Me Crépin Mboli-Goumba d’être « l’un des auteurs intellectuels des exactions qui sont passées à Bangassou, Alindao, et dans les villes environnantes ».

« A quels jeux jouent Me Nicolas Tiangaye, Alexandre Nguendet et Crépin Mboli-Goumba, ceux -là même ont fait la pluie et le beau temps sous le régime sanguinaire de Djotodja qu’ils ont aidé à prendre le pouvoir, bien connus pour être la tête pensante de l’ex-Coalition Séléka en appelant aujourd’hui à la constitution d’un front de l’opposition ? », s'était interrogé Didacien Kossimatchi,porte-parole du comité de soutien au Président de la République Faustin Archange Touadera lors de son point de presse du 18 mai.

L’heure de la justice…

Une accusation frontale et hautement gravissime quand on sait que beaucoup d’innocents centrafricains ont perdu la vie lors de ses douloureux évènements. Pour Me Innocent M’Poko, ceux qui ont porté ces accusations gravissimes que grotesques« avaient exprimé haut et fort qu’ils avaient des preuves qu’ils pouvaient produire au moment opportun ». Ceci étant cela, « l’opportunité leur est ouverte maintenant pour que devant la justice, ils puissent apporter ces preuves et que la justice puisse être dite par rapport à ces accusations parce que trop c’est trop », a-t-il par ailleurs ajouté.

Ceci étant, pourrait-on dire que c’est peut-être l’heure de la justice. Cette heure de la justice a sonné que le Centrafricain lambda aimerait que cette justice soit dite dans toute sa plénitude afin que la vérité sur cette rocambolesque affaire soit sue. Car il y a eu beaucoup d’innocents tués que ce soit à Bangassou, Alindao, Mobaye et environs. Et jusque lors, nonobstant le fait que des enquêtes auraient été ouvertes comme le déclarait Bala Kéïta de la Minusca arguant qu’il y a avait des « soutiens politiques », derrière ces agissements, c’est toujours le flou total dans cette affaire.

Vivement, que la justice rende justice. Pourvu qu’elle soit aussi indépendante pour asseoir une justice impartiale…

 

Partager cet article

Repost 0