Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le PUR invite à voter "oui" pour la Constitution mais s'abstient du processus électoral

centraf-infos.overblog.com/ Le Parti de l'Unité et de la Reconstruction (PUR), a appelé ce vendreri les Centrafricaines et centrafricains à voter "oui" pour la constitution centrafricaine qui sera soumis au vote le 13 du mois.

Pour Eddy Symphorien Kparekouti qui s'abstient de prendre part aux élections présidentielle et législatives, son parti - en optant pour le "oui" veut ainsi donner la chance à la République Centrafricaine de disposer d'une loi fondamentale qui régira la République au lendemain de cette transition "bancale".

"Nous avons le regret de constater que le processus électoral en Centrafrique connaît une défection, car détourné de ses objectifs et des attentes du peuple", a expliqué Eddy Symphorien Kparekouti, président du PUR.


"Aujourd'hui, un groupuscule de leaders, voulant se faire une certaine virginité politique et inscrit dans la logique de se dédouaner se rendent complices de cet état de fait", a-t-il ajouté précisant au passage qu'il s'agit dans le cas d'espèce "d'une indécence politique accompagnée d'une dose répugnante de cynisme".

A cela, il faut ajouter l'échec de la transition qui, selon Kparekouti trouve sa justification dans le simple fait que " le peuple centrafricain a été méprisé, ses souffrances n'ont jamais été prises en compte".

Quand bien même les autorités de la transition ainsi que les responsables de la Minusca n'arrivent pas à sécuriser 20% du territoire national, ils comptent nous organiser des élections dans cette "insécurité toujours omniprésente que grandissante". De ce fait, Eddy Symphorien Kparekouti pense que "sans une sécurité préalablement rétablie, il nous paraît quasiment impossible d'organiser des élections crédibles".

"Les élections qu'on veut imposer à la RCA ne sont certainement pas des élections de sortie de crise", renchérit le président du PUR qui rappelle aux puissances souterraines qui poussent le pays à aller aux élections douteuses et annonciatrices de grands dangers que le centrafricain ne veut rien d'autre que la paix. Pour ce faire, conclut Kparekouti, " le peuple exige des élections de sortie de crise et non celles qui vont créer les conditions maximales d'entrée dans une autre crise"





Partager cet article

Repost 0