Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bertin Béa, Secrétaire général intérimaire du KNK arrêté

Le Secrétaire général intérimaire du parti Kwa Na Kwa , Bertin Béa a été arrêté ce samedi, 15 août 2015 à l'aéroport international Bangui M'Poko et se trouve à la Section de Recherches et d'Investigations (SRI), pour nécessité d'enquêtes.

Selon les informations reçues, le SG intérimaire, en compagnie de son épouse et deux autres personnes devraient se rendre en France à bord du vol de Royal Air Maroc lorsqu'il a été interpellé.

Que reproche-ton à Bertin Béa ?

Pour le moment, rien n'a encore filtré de l'arrestation du Secrétaire général du KNK. Mais du côté de l'ancien parti au pouvoir, le secrétaire national aux affaires juridiques Mathurin Nakoué Dimbélé précise que : « 24 heures avant la tenue de notre conseil national, le Secrétaire général (Bertin Béa) a été convoqué à la Direction générale de la Police. Il a été dit que c'est plutôt le ministre en charge de la sécurité publique qui avait besoin de nous. Celui-ci nous dira que le KNK est en train de préparer des manifestations monstres contre les autorités de la transition. Nous lui avions donné toutes les explications qui l'ont convaincu et nous avions donc investit M. François Bozizé Yangouvonda comme notre candidat à l'élection présidentielle. La veille du 13 août 2015, nous avions été surpris du discours de la présidente de transition suivi de celui du ministre de la justice qui nous accusent de chercher à troubler l'ordre public ».

Le KNK chercherait-il alors à porter atteinte à la « sûreté intérieure de l’État ? » Question pertinente s'il en est et qui donne déjà une idée sur les mobiles de l'interpellation du SG du KNK.

Prises de position

Selon certaines indiscrétions proches de ce parti, les prises de position de Bertin Béa ces derniers temps sur certains points de l'actualité politique nationale dérangent à un certain niveau. On se rappelle que lors de la visite du Chef d’État de la transition à Bambari dans la Ouaka, le SG de l'ancien parti au pouvoir avait estimé que le fait que des tirs ont éclaté dans cette ville peu après le départ de Samba-Panza était une manière de la désavouer

« A Bambari, le Chef d’État de la transition Catherine Samba-Panza a été accueilli sous les tirs nourris de la Seleka. Est-ce une manière de s'opposer à sa présence ? », s'était-il interrogé avant de préciser que « cela montre en tout cas que dans les régions de l'Est, du Centre et de l'Ouest également, l'insécurité est encore persistante » et que dans de telles circonstances, « il ne peut avoir d'élections en Centrafrique ».

Bien avant la tenue du forum inter-centrafricain, Bertin Béa avait aussi lancé une pique à l'endroit du Chef d’État de la transition précisant que « l’échec de ce forum confirmera et consacrera l’incapacité des autorités de la transition ». Pour enfoncer le clou, l'intérimaire SG du parti KNK n'avait-il pas appelé à la démission du numéro 1 de la transition ? « Madame Catherine Samba Panza est une héroïne de la déconstruction nationale. Elle doit démissionner », avait-il déclaré. Des déclarations qui, selon certains conseillers de la Présidence n'ont pas du tout été appréciées par qui de droit. Naturellement, on peut dans une certaine mesure faire une parallèle avec l'arrestation du SG du parti KNK qui, cloîtré dans ses « petits souliers », se demande bien à quelle sauce il sera mangé .

Affaire à suivre

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :